Le journal N°01

  • Post author:
  • Post published:décembre 2020
  • Post category:Article

Le journal

De Karen Bruère

Mise en scène Sébastien Lagord
Avec A. Divol, C. Ducastelle, S. Lagord

Une pièce contemporaine à l'esthétique rétro

« Tout ce nouveau savoir m’inspirait des sentiments étranges. L’humain pouvait-il être si puissant, si magnifique et à la
fois si mauvais, si vil ? Se montrer grand, noble, sensible, mais également plein d’abjection et de bassesse ? »
Mary Shelley (Frankenstein ou le Prométhée moderne, 1818).

LA GAZETTE Y ÉTAIT

du 22 au 26 nov 2020

Un amour de Frankenstein

Sébastien Lagord réinvente Frankenstein mercredi 14 octobre au théâtre Jean Vilar avec une mise en scène dont il a le secret[…] G. A. L.
Lire l’article

UN SPECTACLE TOUT TERRAIN !

Ce spectacle peut se jouer aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Cette petite forme d’1h05 peut se jouer plusieurs fois par jour.

UN SPECTACLE POUR TOUTES LES BOURSES

Une voiture, une remorque et 3 personnes aux multiples talents.

Ils sont comédiens, comédienne, techniciens, technicienne, conférenciers, pédagogues…
Et techniquement autonomes.

COURRIER

Une Lycéenne témoigne

[…]J’ai eu la chance de pouvoir voir avec des membres de ma classe la pièce de théâtre. […| je l’ai énormément apprécié et je suis loin d’être le seule puisque j’en ai parlé avec ma classe qui a beacoup aimé aussi ! Un grand bravo à vous et à toute la troupe !
Roxane (lycée Pompidou de Montpellier).

DÉMENTI

« La création Franken-COVID n’a pas été validée par le bureau ».
F. B. Présidente du Coeur à Barbe

CONFÉRENCE théâtralisée

Une femme, une œuvre à la croisée de la science et de la littérature.

Non pas de Frankenstein II, mais une conférence*, un coup de projecteur sur Mary Shelley et ce fabuleux XIXème siècle, prémisses à nos inquiétudes contemporaines.
En 1816, une jeune fille âgée de 18 ans, donne naissance au mythe moderne :  Frankenstein.

*Cette conférence prévue pour mars 2021 peut se  jouer indépendamment du spectacle « Frankenstein ou le Monstrueux Théâtre des Walton » dans une médiathèque, une salle de classe

LETTRE D'UN DIRECTEUR DE THÉÂTRE ENTHOUSIASTE

Le 14 nov 2020

Franz Delplanque, directeur du théâre Jean Vilar de Montpellier adresse le courriel ci-dessous, à des professionnels du spectacle vivant de la région Occitanie.

Chers ami-e-s,

La saison démarre par de jolis cadeaux – et on en a besoin !
[…] La création hier du projet de Sébastien LAGORD, dans un tout autre genre, m’a vraiment charmé. C’est intelligent, bien écrit, c’est drôle, ça nous emporte dans un univers faussement réaliste mais en vérité très poétique.

Les fondamentaux du théâtre sont là, les acteurs excellents, et, tout en osant une esthétique rétro, c’est complètement actuel à l’heure des séries que nous affectionnons toutes et tous (ou presque).

Dans l’humour et dans l’esthétique on songe parfois à Pascal ROME (Cie OPUS), mais il y a aussi ce sérieux des thèmes de l’œuvre de Marie Shelley, sous-jacents, jamais oubliés : l’effacement forcé de l’auteure, le monstre que le mépris de toute une société va rendre criminel, l’arrogance irresponsable de la science… Tout cela est subtil, jamais pontifiant, jamais didactique, et très clair, très dynamique. L’esthétique n’est pas trop gore non plus, juste ce qu’il faut.

C’est une petite forme vraiment tout public, facile à délocaliser, pour un théâtre sans snobisme, léger et franc comme une bise de printemps, venue du cimetière voisin.

Portez-vous bien,
F.D.