PRÉSENTATION

(Ci-dessus) Affiche de la tournée  du spectacle Et maintenant quelque chose qui n’a rien à voir… auquel j’ai participé durant l’été 2016

Mon envie de faire le DNMADE Spectacle vient tout d’abord de mon expérience du théâtre, de mon intérêt pour le spectacle vivant, mais aussi pour le cinéma. Je vais voir régulièrement des pièces de théâtre, d’opéra, dévore les films, films animés, captations de spectacles de danse ou de théâtre.
J’ai aussi participé à des spectacles en tant que comédienne, à des tournages de courts métrages.

J’ai conscience de l’importance des costumes : ils ne sont pas une simple “décoration” sur le corps des comédiens, acteurs, danseurs, circassiens… mais doivent avoir un sens.
La coupe, la matière, l’époque, la couleur, le style du vêtement ont une influence sur la manière d’être, les gestes de celui qui le porte. Le costume provoque un ressenti (étriqué, fermé, rigide, épais, fluide, léger, rembourré, rêche, riche, en loque…). C’est  pour cela que le costume aide l’artiste qui le revêt à se glisser dans la peau du personnage.
De même le costume raconte une histoire et doit donner des informations, provoquer une émotion chez le spectateur.
Tout cela n’arrive pas par hasard :  tout doit être réfléchit et construit.
Le costumier au théâtre par exemple, doit savoir communiquer avec le metteur en scène, les comédiens, mais aussi le scénographe, le créateur lumière ou son… pour  arriver à une vision commune de l’œuvre qui traduise l’intention du metteur en scène.

UNIVERS VISUEL

THÉÂTRE, OPÉRA, DANSE

Monsieur de Pourceaugnac de Molière par la Cie de l’Astrolabe

Hansel et Gretel des frères Grimm par la Cie La Cordonnerie
Mélange de conte revisité en vidéo, bruitage et musique sur la scène.

Don Pascuale de G Donizetti, livret de G. Ruffini.
1er Opéra adapté en LSF par Katia Abbou, Vincent Bexiga. Ces personnages ont été ajoutés à l’opéra : ils signaient ce qui se passait sur scène, habillés de costumes sombres, discrets auprès des chanteurs, mais leurs mains et leurs visages étaient ainsi mis en valeur. La langue des signes, une autre forme de danse…

Sutra, chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui
Les danseurs sont des moines shaolins. Les arts martiaux sont un langage du corps très expressifs eux aussi.

Le sacre du Printemps de I. Stravinsky par Pina Baush
J’aime beaucoup la danse, j’ai découvert cet art en voyant les chorégraphies de Pina Baush. Cette artiste parvient a transmettre des émotions fortes aux spectateurs. Elle a fait des spectacles avec des amateurs (personnes âgées, adolescents…), et transmet le message que nous sommes tous des danseurs : la danse, le mouvement, c’est la vie.

CINEMA

Dans le film Alice aux pays des merveilles de Tim Burton, la costumière Colleen Atwood est partie de la petite robe bleue de jeune fille sage d’Alice mais elle a fait évoluer ces costumes en fonction de la progression d’Alice dans le pays des merveilles, autant géographique que psychologique. A la fin du film elle est “vraiment elle-même”.

De l’humour et de la folie. Je suis fan des films d’Emir Kusturica…

… et fan des film d’animation de Hayao Myazaki

Vampires en toute intimité Taika Waititi, Jemaine Clement.

Ici, les costume traduisent les personnalités et les époques différentes de naissance de ces vampires : on peut voir le nouveau venu qui met une veste de spectacle avec son jean pour mieux s’intégrer, le vampire si ancien qu’il ne se soucie pas de son apparence, le Dandy très comme soigné, le romantique séducteur et violent tout en noir, le négligé…

L’Imaginarium du docteur Parnassius de Terry Gilliam
La costumière Monique Prudhomme a mélangé  les styles et les cultures (indienne, commedia dell’arte, nature, chic) pour illustrer l’imagination débordante du Docteur Parnassius mais aussi dans ce “tableau” la véritable nature de chacun des personnages. La jeune fille naïve, l’homme mystérieux dont on ne sait rien, le sage moitié mystique moitié médecin, celui qui amuse et est bien ancré dans la réalité, celui qui se contente de ce qu’il a et ne montre pas ses sentiments

MODE

Devon Aoki in Alexander Mcqueen by Nick Knight
J’ai vu pour la première fois cette photo à un arrêt de bus, elle m’avait marquée.
Un sentiment de malaise se dégage de cette image, dû au fort contraste entre la fille et sa robe. Il y a un côté science fiction qui est mis en avant : œil de verre, coiffure mais aussi le col de la robe.

Alexander Mqueen Savage Beauty
Ce que j’apprécie dans cette création c’est la matière, le tissu utilisé. En effet il semble presque organique, et ressemble à des éléments naturels. Le choix des couleurs y est aussi pour quelque chose : vert et doré comme l’écorce et le feuillage d’un arbres ou comme des champignons.

Chaussures Versace, l’assortiment des chaussures et des collants est rigolo

Robes en papier d’Asya Kozina

Costume de mariage de la fin du XIXème siècles des îles Grecques

Fermiers japonais vers 1880

PEINTURE SCULPTURE

La petite danseuse de Degas m’a toujours plu. Son visage très exprésif et ces vêtements en tissu la rendent “vivante”.

La charmeuse de serpents du Douanier Rousseau.

PROJETS

PROJET COURT MÉTRAGE

Projet en lien avec un texte écrit sur mes envies. Le personnage de droite représente l’imagination et les rêves c’est pour cela qu’elle porte un costume excentrique très coloré pour exprimer la créativité. Le personnage de droite est le corps réel de cette conscience son costume est plus basique. Il y une dichotomie entre les deux facettes d’une même personne.

« les jumelles (page de gauche) ont une apparence d’enfant mais en réalité  pensent comme des personnes âgées, elles sont lasses et renfermées. »
J’ai décidé de les habiller de la même façon pour souligner l’effet de double. Elles portent un justaucorps et une robe droite  transparente.  J’ai voulu avec ces jumelles créer un contraste entre leur manière d’être et leur costume : le rose rappelle l’enfance, la naïveté, la transparence la pureté, qui ne cache rien.

(ci dessous) Le Corbeau et Sommeille sont assortis car  ils sont en réalité la même personne.
Sommeille est habillée de façon négligée due à son état psychique.
Le Corbeau porte un masque et une cape qui rappelle la mort.

(en bas à droite) Masque du Corbeau.
Structure du masque en papier mâché et carton.
Traits exagérés rappelant la commedia dell’arte.

PROJET COSTUME

J’ai d’abord construit le patron d’un corset à ma taille, puis j’ai imaginé une robe avec se corset. Je voulais une robe en forme de fleur et j’ai choisi de dessiner un gros jupon en tulle et des petits détails brodés.

COUTURE

Mannequin à ma taille fabriqué avec du scotch, de la mousse de rembourage et un pied de lampe

Deux robes, celle de gauche réalisée à partir d’un patron Burda, celle de droite réalisée sans patron.
La robe de gauche est simple et s’attache au dos grâce à des lanières.
J’ai cousu la robe de droite car je voulais essayer de faire des smocks et des manches bouffantes.

REALISATIONS PLASTIQUES

Masque en tissu et papier mâché brodé avec des sequins et des perles. C’est mon premier essai de fabrication de masque et je voulais voir si la technique tissu et papier mâché fonctionnait bien. Cette envie de faire un masque m’est venue du film Au revoir la-haut d’Albert Dupontel.

Extrait d’Alice aux pays des merveilles de Lewis Carrol.
Un autre moyen d’illustrer et de raconter que les livres

La tortue fantaisie

Détails de l’intérieur de la boîte Sur les cotés de la boîte d’autres illustrations… Le Griffon et Alice

Petit théâtre dans une boîte.
(Carton recyclé, papier imprimé, crayon, aquarelle, feutre posca)

Petit carnet avec marque page.
(Carton recyclé, papier Canson, papier imprimé, fil, image provenant d’un magazine)

Boite d’allumettes
(Carton recyclé, papier imprimé, colle)

Petites fées dans des cages, el au conte de Peter Pan. (Fil de cuivre, papier, crayon HB)

DESSINS

DU CROQUIS AU DESSIN FINAL

Crayons aquarelle
Pour ce dessin j’ai d’abord recherché une ambiance : je voulais qu’il y ait un mur naturel en arrière plan et un personnage au centre. J’ai d’abord pensé à un nageur mais les algues de l’arrière plan ne prenaient pas assez de place. Alors j’ai sorti le nageur de l’eau pour le mettre devant un mur végétal. Cette proposition m’a plu, mais je voulais qu’il se dégage du dessin une harmonie entre le personnage et la nature. C’est pour cela  qu’en définitive j’ai  placé le personnage juste à la lisière du « mur », pour montrer l’immensité de la nature.

J’ai commencé à réfléchir à un personnage. Mais je n’ai pas continué car il y avait trop de détails et d’éléments différents : poissons et lotus. 

J’ai alors changé le personnage de position pour qu’elle prenne plus de place dans la feuille. J’ai changé les poissons en poulpes à l’arrière plan mais ils ne convenaient pas car ils y avaient trop de détails et le dessin était trop chargé avec les motifs de la robe.

(Aquarelle et crayons aquarelle)
Finalement j’ai opté pour des poissons, pour donner une impression d’étrangeté. J’ai ensuite gardé la mème composition  que précédemment et ai ajouté les couleurs. Elles sont dans les tons dorées pour inspirer une sorte de sérénité mais aussi rappellent le sable. La robe est légère est donne au personnage un corps flou qui se confond avec le décor.

PORTRAITS

(Feutres à l’alcool ou crayons de couleur et crayons aquarelle)
Refléter la psychologie, les émotions et le lieu de vie des personnages dans un fond à motif.


Roméo et Juliette (Feutres à l’alcool et crayons aquarelle)
J’ai  joué cette
pièce de théâtre, je l’ai vue sous de nombreuses formes (livres, films) et déclinée dans différents styles.  Les personnages sont hors du temps et j’ai voulu recréer ce sentiment en les isolant du reste du monde dans une forêt touffue et mystérieuse. Les deux personnages se détachent du décors grâce à la couleur pale et la lumière de leurs visages.

(Crayon H et 4B)
Recréer des expressions avec le plus de réalisme possible : des visages qui font la grimace.

BANDE DESSINÉE

(Crayon HB)
Surprendre le lecteur : dévoiler petit à petit les éléments pour plus d’effet

(Encre de chine et aquarelle)
Mêler souvenirs et moment présent

DESSINS HISTOIRES

Raconter en un seul dessin toute une histoire

(Encre de chine et crayons aquarelle)
Ici pour montrer une opposition entre les personnages j’ai utilisé des types de couleurs différentes. Des couleurs froides pour l’homme au chapeau et des couleurs chaudes pour le couple créant ainsi un contraste entre les états d’esprits : hypocrite pour l’un et chaleureux pour les autres.

Le chien au premier plan est placé comme “surveillant” la scène, personnage neutre, un peu comme un conteur d’histoire qui relate seulement les faits.

(Encre de chine et crayons aquarelle)
Je me suis penchée ici sur les costumes. Créer une unité entre eux tout en les différenciant. L’unité existe grâce aux vestes, aux chapeaux, aux chemises et aux lunettes. Ce qui les différencie se sont les couleurs et les motifs. Ils témoignent aussi de leur grade. Le premier est le chef car il a une abondance de motifs, plusieurs couleurs vives. Les autres ne sont que des sous fifres car leurs costumes sont dans un seul ton de couleur et sont beaucoup moins extravagants.

TRANSFORMATIONS

(Feutre Posca)
Transformations psychologiques, physiques. Noir sur fond de couleur claire pour mettre en avant les détails.

AFFICHE

 Antigone (Crayons de couleur, gouache et feutres Posca)
Jeu avec les proportions pour créer un déséquilibre entre les personnages. Antigone porte une robe rouge qui rappelle le sang qui sera versé à la fin. La robe est simple, sans fioritures, Antigone sait ce qu’elle veut. Je me suis inspirée de la robe rouge dans la chorégraphie de Pina Bausch Le sacre du printemps de I. Stravinsky.

 

PHOTOGRAPHIES

Photo argentique. Étrangeté : photo très symétrique le sujet est au centre. Les jumelles renforcent cette symétrie et cachent les yeux ce qui donne au visage un forme étrange.

Photo numérique. Recherche d’une atmosphère de conte de fées, à la fois mystérieuse et inquiétante.. Point de vue subjectif de quelqu’un ou de quelque chose se trouvant derrière les “rideaux” du premier plan, que la petite fille voit mais que le spectateur ne voit pas. Couleurs très chaudes, lumière dorée, décor de vieux grenier, personnage solitaire.

Photo numérique. A la manière de Leni Riefenstahl (cinéaste attitrée d’Hitler au service de la propagande nazie du 3ème Reich) pour un devoir.
Léger flou, mise en valeur des bijoux, des yeux, le tout très superficiel (esthétique au service d’une idéologie au détriment de la psychologie ou de “l’âme” du modèle).

Capture d’écran 2021-04-12 135226

Photo numérique (téléphone portable). Ambiance rock’n roll rétro dans la baignoire d’un Hôtel durant le festival du court-métrage d’Alès

Photo numérique (téléphone portable). Ambiance de film de science fiction donnée par ce plan d’ensemble d’un parc d’attraction à Agde

COURTS METRAGES

DIVINA MALINCOLIA

En play back sur la chanson Casta diva de l’opéra de Bellini, un vampire boit avec mélancolie le sang d’une de ses victimes.
Ispiré de Only lovers left Alive un film de Jim Jarmush.

Du croquis au film final il y a eu des changement :
Dans le premier croquis l’aspect mélancholique n’était pas assez visible. Pour appuyer ce point j’ai décidé que le costume du vampire et son appartement aurait un aspect ancien alors que le costume du jeune homme serait contemporain. Le fait que le vampire ai gardé l’aspect du passé mais qu’il vive dans le présent fonctionne bien et montre la nostalgie qu’il éprouve.

 

Divina mélancolia Film  réalisé durant le deuxième confinement

AUTRES COURTS-METRAGES

Piggy Chanson

Khooneye Ma Film expérimental

ROMANS, BANDE DESSINÉE, MUSIQUE

Quelques livres, disques,  bandes dessinées que j’apprécie…